Ashbury : La rue, les photos, la révolte, les images, le libre qui s'envole, les couleurs, l'amour qui s'ouvre, les senteurs, la fumée qui s'étire, les odeurs, le Non qui se rit, le oui qui crie. Révolte. Contre. Contre l'absurdité d'une vie tracée, obligatoire, puritaine et racée. Non, ça ce dit et ça se vit, jusqu'au oui, communautaire et collectif. Jusqu'au groupe, jusqu'à l'autre.

395399_10150546716769173_668189172_8655778_2126558646_n

La musique se danse, se vibre se tréssaute dans les fibres musculaires, dans les globes occulaires, la peau s'évente, s'aère, se dénude et s'affiche.           406374_10150546715204173_668189172_8655765_2004269574_n

 

 

395850_10150546712109173_668189172_8655738_836108276_n

Pour ! Pour le libre arbitre, pour l'amour libre, ouvert, ensemble, pour écouter les sonorités nouvelles, les idées autres, les sens interdits, les sens inaudits, les sens inouïs. Pour être. Etre là, être soi et être l'autre, avec lui et en elle, avec.

Tout simplement.

 

Ashbury St.

les photos sont de Denis Rion