Les Indomptés

BIndomptés-Chypre-1Benjamin Lamarche et Vincent Blanc (décembre 2010)

 

En 1992, nous sommes à Manille Claude et moi. Claude crée une courte pièce pour une dizaine de jeunes danseurs du Jeune Ballet de France et du Ballet Philippines. Mélange des genres, des peaux et des langues du castillan au bulgare, du français au Tagalog, de l’anglais à la langue de geste qui ne se traduit plus ou pas.

La connivence est intense, à tel point que Claude propose au directeur de la troupe, Robert Berthier, de créer un duo avec quelques uns des danseurs. De retour à Paris c’est chose faite, sans préparation autre que le désir de continuer l’envol, nous nous enterrons dans le grand studio du feu T.C.D. pour créer les Indomptés avec Christian Bakalov, Fernand Carrillo-Zevada, Ernest Mandap et Minh Pham

Moments exquis d’une danse pure qui s’expulse des corps en accord. Rien de difficile, aucune tension si ce n’est celle d’une danse tendue vers la liberté. Mouvements furtifs, embrassades fugitives, refuge des corps l’un avec l’autre, courses aériennes, duo animal de notre humanité. Deux ! Les Indomptés ressemble à notre danse, elle est, dans ces sept minutes de duo expulsé, notre danse dites en une phrase unique ; Ensemble, désir, connivences, refus du proprement dit, du confort, du correct, rebellion, et Nature, profondeur de notre nature vulnérable et hurlante. La sensibilité de deux oiseaux, deux amis qui fuient dans la tourmente des éléments. Qui s’échappent dans l’espace de leur vie.

Christian, Ernest et Fernando repartent avec nous, un chemin commun commence dans la troupe. Fernando pour deux ans (avant d’aller chez Karne, puis chez Béjard), Christian pour dix ans(avant Yan Fabre et Bruxelles), Ernest (avant Esther Aumatell et la photo) est encore là en intermittence pour danser Folie.

Les Indomptés nous ont marqué. Gravé la mémoire, indélébiles.

 

Ce duo fait … fureur. Et étrangement beaucoup chez les danseurs classiques (maisi pas uniquement). Dès l’année suivante je suis appelé pour le remonter au JBF toujours et l’année suivante et encore l’année d’après. Commence alors la longue histoire de ce duo qui, fugue dansée sur la musique de Wim Mertens, semble échapper à ses créatuer pour mener une vie autonome ce qui est une forme du plus beau merci possible). Quelques temps plus tard nous le reprenons pour la compagnie ; Vincent Blanc et moi et pendant plus de dix ans nous allons le danser. Les Indomptés deviennent comme une seconde nature pour nous deux. Il bouge, je bouge, je tressaille, il tressaille. Ce n’est plus un ensemble, c’est une communion. J’en suis ébahi à chaque fois. Comment cette immédiateté des gestes est-elle arrivée à une telle concomitance. JE est un autre. Quelque chose du gémellaire mais sans la ressemblance des corps, nous sommes si différents ; quelque chose de l’union, de la confiance, de l’appétance à danser. Hurler une vie qui n’est faite que pour ce mouvement d’élévation, cette recherche d’absolu si magnifiquement exprimée dans cette envolée indomptée.

 

Les Indomptés-Tulle-3 Benjamin Lamarche et Vincent Blanc (décembre 2010)

L’année passe et aujourd’hui Vincent arrête la course ; un remplacement qui semble impossible, une coexistence dans ce duel qui ne peut être que tromperie. C’est sans compter la puissance de la danse elle-même. Indépendante. Je reprends avec Martin Mauriès ce duo qui continue, immuable et chaque fois différent, sa course hors du temps.

 

Les danseurs ont beaucoup demandé ce duo que Claude a toujours volontiers offert. Je suis aller le remonter à chaque fois, à Paris, à Bâle, à Marseille, à Montpellier, à Copenhague …… chaque fois une rencontre, parfois superbe exactement donnée dans le sens de cette déchirure sublime qui se dans à corps perdu, à corps offert. Parfois moins pertinentes, mais toujours révélation, les Indomptés jouent dans notre danse comme nous jouons dans nos corps.

 Les Indomptés-Tulle-2

 Benjamin Lamarche et Vincent Blanc (décembre 2010)

 

 

 

 

(Sans compter les piratages inconnus que je découvre parfois via U-tube mais qui ne sont pas du meilleur effet. Copier n’est pas danser.)

Les Indomptés

JBF X, août 1992-  -CREATION.

Christian Bakalov et Ernest Mandap

Fernando Carillo-Zevada et Minh Pham

 

                 REPRISES

                                    toutes les reprises des Indomptés sont faites par moi et Claude.

Printemps 1993

Patrice Leroy et Candice Belhert (seule fille ayant dansé la pièce) 

 

JBF XI, sept. 93

Yannick Rayne et Laurent Coderch 

Miao Zong et Minh Pham 

 

JBF XIII, 1996 (reprise faite par Christian Bakalov)

Raphaël Rivero et Miao Zong ou André Valadao

 

Juin XIV, 1997

Manuel Legris et Benjamin Pech (opéra de Paris)

 

groupe de Marie-Claude Pietragalla, Opéra de Paris, Juin 1997

Jean François Créteau et Gilles Porte 

 

JBF XVI, sept. 98

Cédric Anselme-Mathieu et Sony ? 

Joan Boada et Bolide ? 

 

Ballet National de Marseille, M.C. Pietragalla, septembre 98

Giuliano Peparini et Julien Derouault 

Yannick Rayne et David Vincendeau 

Lienz Tchang et Jean-François Créteaux 

 

à partir de ce jour les reprises sont menées avec Vincent Blanc qui dansera les Indomptés avec moi jusqu'en 2011.

été 2002

Jean-Christophe Guerri et Nicolas Paul (groupe de José Martinez et Agnès Letestu, Opéra de Paris)

2 août 2003

Jiri et Otto Bubenicek

 

Ballet de l’Opéra de Bordeaux, 2 avril 2008

Vladimir Ippolitov et Roman Mikhalev

Istvan Martin et Ludovic Dussarps

 

Ballet de Bâle, Décembre 2008

 

Sergio Bustinduy et William Pedro

Roderick George et Manuel Renard 

 

Sommerfestival, Bellevue teatret, Klampenborg (Dk), 11 Août 2008

Jonathan Jordan et Joaquin Crespo

Edham Jesenkovic et Christian Squires

 

EPSEDanse, Montpellier, février 2011

Damien Orsal et  Mikael Frappat

Diego Torrés et  Nicolas Vendange