d'une danse rebelle et passionnée

06 mars 2017

La Terrasse D'Indicibles Violences

Un article élogieux et juste. la puissance des mots s'allient à la poésie.

 

La Terrasse, Agnès Izrine.

 

Posté par Blamarche à 10:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 janvier 2017

Ecrire c'est à dire ??

 

 

Parfois des bouffées d’écriture me remontent à la tête, des idées, des sensations, phrases et discours s’achèvent et se forment. Borborygmes pleins de sens que je sens frémir, qui s’imposent et demandent à sortir. Mais je les efface. Tête que te transformes-tu en cellule ?

Je les tais. Je les terre en un silence craintif. Je les garde comme pour les mûrir pour plus tard. L’accouchement est intense, douleur nécessaire m’a-t-on dit. Le temps les enterre, les écrase et les meurt. L’écrit s’éteint. Noir silence sur blanc papier. Tête que te transformes-tu en cellule ?

Parfois des élans frénétiques de crier me viennent à la bouche et je les efface. Je les efface dans un haut-le-cœur de pudeur. Timidité. Peur panique de montrer le hurlement qui couve. Il reste en moi, il bouillonne, me violente, tambourine contre les parois internes. Larynx que te transformes-tu en prison ?

Parfois des envies délirantes de danser m’envahissent. Les trépidations cinglantes d’une musique muette possèdent mes muscles et la toile tendue de l’épiderme. Les pulsations me cognent et m’insurgent. Dans l’apparence de l’extérieur ; je dors. Dans l’invisible de l’intérieur ; je fulmine, je suis lave incandescente. Corps que te transformes-tu en cachot ?

Parfois l’envie de danser la vie, de danser la vérité du monde, de danser l’humanité multiple et innombrable m’accapare. Je ne suis plus que ce frisson, je ne suis plus que parole de geste, je ne suis que silence du mouvement et démence.

Alors quand l’envie de danser le chant, d’écrire la danse, de chanter les corps m’étreint et s’allume, je la laisse immoler mon présent et je brûle dans la danse tourmente et passion qui s’expulse ici. Là. Tout brûle et crame, tout s’allume et s’incendie. Tout m’obsède et me viole, je ne suis plus qu’une proie dans les serres d’un aigle divin.

Je ne suis plus que danse.

 

Eclats d'Absinthe - copie

 

Bohème H

Posté par Blamarche à 14:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 août 2016

transmission Folie amateur Limousin : RAPPEL ça approche

Téléchargez le documents et le bulletin d'inscritpion :  Folie_amateur_Limousin

 

folie-lesballes

SEPTEMBRE / OCTOBRE / NOVEMBRE 2016

.                                                                                                                                                       .

« Folie »


Transmission d’une pièce majeure du répertoire pour un groupe de danseurs amateurs

par Claude Brumachon et Benjamin Lamarche.

Ateliers AUDITION au CCM Jean Moulin à Limoges


Sam 17/09/16 14h-18h // Dim 18/09/16 11h-16h

RÉPÉTITIONS

Les 8, 9 oct / 20, 21, 22 et 23 oct / 30, 31 oct, 1er, 2, 3 et 4 nov / 10 et 11 nov

REPRESENTATIONS

le 5 novembre à Limoges et le 12 novembre à Saint Junien

Informations : 05 55 45 94 00 – CCM_ACCUEIL@ville-limoges.fr

 

La participation à ce projet est entièrement gratuite

CCM Jean Gagnant – 7, avenue Jean Gagnant 87000 LIMOGES

Claude Brumachon et Benjamin Lamarche transmettrons l’emblématique Folie à un groupe de danseurs amateurs.
Ce projet s’adresse à des danseurs-danseuses amateurs.
Néanmoins, la danse de Claude Brumachon et Benjamin Lamarche —et notamment Folie— s’adresse à tous ceux qui cherchent, à travers le corps, à comprendre notre humanité profonde. Ce que le groupe humain, social, invite à danser et à partager dans la création d’une chorégraphie.

C’est pourquoi, les personnes qui ont une habitude de travail physique, tous ceux pour qui le corps est source de mouvement sont à même d’être intéressés par cette transmission.
Folie créée en 1989 lors d’une résidence à Aubusson a été représentée à Limoges le 17 juin de la même année. Puis de nouveau en Janvier 2000 et janvier 2008.

Pièce majeure du répertoire de Claude Brumachon elle n’a cessé d’être représentée en France et à l’étranger. Reconnue comme ballet de référence et chef d’œuvre chorégraphique du XXème siècle, Folie traverse le temps et les corps.

La disponibilité à toutes les séances de travail suivantes ainsi qu’aux deux représentations est nécessaire.

REPETITIONS

Samedi 8 octobre de 14h à 18h et dimanche 9 octobre de 11h à 16h – LIMOGES, centre culturel Jean Moulin

Jeudi 20, vendredi 21, samedi 22 et dimanche 23 octobre (vacances Toussaint) de 18h à 21h - SAINT-JUNIEN, La Mégisserie

Dimanche 30, lundi 31 Octobre et mardi 1er novembre de 14h à 18h ainsi que mercredi 2, jeudi 3 et vendredi 4 novembre en soirée - LIMOGES, centre culturel Jean Moulin

Jeudi 10 et vendredi 11 novembre en soirée - SAINT-JUNIEN, La Mégisserie

REPRÉSENTATIONS


LIMOGES, CCM Jean Moulin / samedi 5 novembre 2016, 20h

SAINT JUNIEN, La Mégisserie / samedi 12 novembre 2016, 19h

 

 

BULLETIN D’INSCRIPTION

La participation au projet est entièrement gratuite. La présence à la totalité des séances de répétition est nécessaire.

  1. Renseignements préalables :


CCM Jean Gagnant – 05 55 45 94 00 –


CCM_ACCUEIL@ville-limoges.fr


La Mégisserie : Mariella Grillo – 05 55 02 65 73 —secretariat.general.vienneglane@orange.fr

2. Envoyez votre bulletin d’inscription à :

robert_seguin@ville-limoges.fr

Robert Seguin – CCM Jean Gagnant
7, avenue Jean Gagnant – 87000 LIMOGES

3. Adresses des lieux de travail
Centre culturel Jean Moulin, 76, avenue des Sagnes – 87280 LIMOGES – 05 55 35 04 10 La Mégisserie, 14 avenue Léontine Vignerie – 87200 SAINT-JUNIEN – 05 55 02 87 98

NOM-
PRENOM
-ADRESS E
T TELEPHONE
-MAIL


EXPERIENCE EN DANSE

informations 05 55 45 94 00


Centres culturels de la ville de Limoges – 7, avenue Jean Gagnant – 87000 LIMOGES CCM_ACCUEIL@ville-limoges.fr

 

      

 

Posté par Blamarche à 08:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 juillet 2016

un hommage à Saint Etienne du Rouvray

Claude y est né. comme tous les enfants qui deviennent adolescents et arpentent les blocs de maisons et d'immeubles St Etienne reste pour lui le lien familial. que dire après un tel drame qui ne soit redite ou apitoiement.

Claude a préférer écrire une courte lettre au maire de Saint Etienne afin de partager une infime partie de cette soufrance et lui témoigner son soutien.

je vous lal livre ici :

Lettre ouverte à Hubert Wulfranc. Maire de St Étienne

Monsieur le Maire
Saint Étienne du Rouvray : Mon enfance, mon adolescence, ses rues arpentées sur mon vélosolex. Mon cœur vibre à l'unisson pour cette petite ville ouvrière, rouge, résistante. Pour mes parents qui y vivent, mes ami-e-s de collège et d'école et mes voisins je pense à eux avec beaucoup d'amour et de force.
Pour le coup je suis de St Étienne de Rouvray.
Mon esprit romantique et passionné y traîne encore. Ma danse y est née. Une pensée particulière pour tous les stéphanais et pour vous Mr le maire et ce travail quotidien que vous réalisez sur le terrain.
Je suis particulièrement touché ému et choqué mais continue à croire en l'être humain
Avec mon amour pour tous et toutes,


Claude Brumachon

 

Posté par Blamarche à 17:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juin 2016

transmission Folie amateur Limousin

Transmission de Folie pour un groupe de danseurs amateurs à Limoges et Saint Junien

Folie_Amateur_Limousin__Bulletin_Inscription_2

 

Folie N_B LP008photo Laurent Phiippe

 

 

Posté par Blamarche à 14:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]


10 mai 2016

Carmina Burana

https://www.youtube.com/watch?v=bm0PDYp4Kr4&feature=share

Carmina Burana avance vers sa naissance.

 

 

Posté par Blamarche à 11:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 janvier 2016

reprise du Blog

Il est temps sans doute de se remettre à ce blog laisser pour compte pendant toute cette période de transition. 

Une période prévue de longue date mais qui n'a cessé de nous poser questions sur question, désir à combler, impossiblitié à contrer, amitié à conserver, travail et danse à continuer. Mais de cette dernière affirmation il n'a jamais été question du contraire.

 

Le Centre Chorégraphique national de Nantes est donc passé entre d'autres mains expertes qui déjà oeuvrent. AMbra avec son nouveau né et sa nouvelle équipe à besoin de pelin de courage, nous le lui offrons.

 

De notre côté, même pas eu le temps de prendre conscience de ce déaprt, renouveau, nouvelle envolée, fin d'un cycle, autre monde, envol, liberté, tous les mots refletent quelque chose et aucun ne dit l'entité. Nous sommes allés à Paris pour remonter les Indomptés avec les danseurs en insertion du Jeune Ballet Européen. AID. Un temps, puis un deuxième, pour transmettre ce duo sublime (excuser l'auto-satisfaction, mais je le pense). Ce duo qui parle de nous-danseurs, de la fragilité de l'être, de l'extase de l'évasion, de l'espace qui s'ouvre, le corps qui s'extasie du geste. Pureté et lumière oeuvre de jeunesse et duo pour deux garçon. ILs dansent tous les mardis au théâtre du Gymnase dans le programme Puzzle. qui comme son nom l'indique propose différentes créations dansées par ce JBE.

 

 

 

Posté par Blamarche à 13:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 septembre 2015

un livre

Souscription Livre CCNN

Souscription_Livre_CCNN

Posté par Blamarche à 15:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 septembre 2015

réfugiés que faire ?

Que faire ?

Que faire devant cette nouvelle catastrophe mondiale ?

Évidemment que chacun d’entre nous œuvre, seul ou collectivement, avec la danse, avec sa troupe, avec son corps et sa tête, avec les autres, ici et là-bas suivant nos moyens et nos déplacements. Nous faisons quelque chose ! C’est certain, tentant à notre manière d’influencer le cours du monde ne serait-ce que par nos créations (et pas uniquement). Évidemment que nos voyages, nos spectacles, les festivals et les accueils-studios, les bourses et les aides sous les formes les plus multiples se développent partout et que nous en sommes tous moteurs. Je sais que tous nous sommes profondément touchés et investis dans ce combat (malheureusement, il s’agit d’un combat maintenant non ?)

Mais est-ce suffisant aujourd'hui ?

La prise de conscience que tous les médias et les réseaux sociaux affichent et que nous relayons sans cesse est une première réaction, taper des lettres de contestations, signer des pétitions est un premier pas et nous avons été Charlie. Puis nous sommes retournés à un bonheur factice, derrière les murs, quand il y en a, et les frontières, il y en a toujours.

Le monde change, mais il a toujours changé. L’évolution est un caractère de vie. Aujourd'hui le monde hurle sa douleur à nos portes et nos réactions ne suffisent pas.

Que faire une fois constaté et affirmé que le problème doit se résoudre en amont, là-bas ! Ce là-bas que la plupart d’entre nous ne connaît pas ou si peu. Ce là-bas sur lequel nous n’avons pas de prise, ces DAESH et dictateurs pour qui la danse n’est rien. Ce politique qui ignore et se fiche pas mal de nos mots répétés sur les interfaces du net ou criés dans la rue. Je sais que nous faisons tous quelque chose à notre manière, que chacun d’entre nous résiste, ouvre ses portes et ses idées. Est-ce assez ?

Refuser ce que l’on nous impose, nous le faisons avec force et sommes capables de nous mobiliser lorsque nos droits sont menacés. L’intermittence, les théâtres, la danse, la culture et à travers cette lutte nous montrons aussi notre attachement à des valeurs de liberté et de vie, ces valeurs citoyennes qui sont les nôtres. Mais dans ce monde, actuel, réel, fait des frontières et des guerres qui chassent les hommes, les femmes et les enfants hors de chez eux que pouvons nous proposer de plus ? La France n’est plus une terre d’asile ni d’accueil, ces mots appartiennent au passé il semble. Bon alors réouvrons-la.

Bien sûr ce sont encore là des mots qui s’écrivent et qui ne proposent pas de solution concrète.

LA solution concrète et unique n’existe pas en soi. Elle est latente et l’énigme du monde restera toujours présente. Aujourd'hui pourtant on ne peut pas l’ignorer. Les appels au politique porte peut-être un début de résultat, mais si maigre.

Nous avons tous nos « autres luttes » à mener, nos recherches, nos vies qui ne sont pas inutiles et créent aussi le monde de demain. Nous sommes tous là présents. Une part du monde meurt il me semble et nous, artistes,  devons l’aider à retrouver à une vie digne.

Nous avons eu l’idée (les CCN) de nous rassembler pour fêter nos 30 ans, et c’était là une preuve de nos possibilités de rassemblement. N’y a-t-il pas une résolution commune à prendre ?

 

 

Benjamin Lamarche – Claude Brumachon

Posté par Blamarche à 14:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 juillet 2015

Certains mécènes nous aident dans notre recherche, dans notre danse avec les enfants. Ainsi Groupama et la Fondation Crédit Mutuel ont contribué aux créations du Manoir en mars dernier avec les collégiens de la Durantière et l'APAJH. L'APAJH qui est et reste le grand compagnon de route de tous ces moments immensément riches. et la création de Légendaire en juin dernier pour le festival de Hauts-Pavés à Nantes.

GROUPAMA à lire

et continuer au delà des contraintes et des impossibles que modes et politiques imposent. Il y a toujours un chemin à emprunter.

Posté par Blamarche à 13:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]