d'une danse rebelle et passionnée

23 décembre 2019



Carnet de route premier trimestre 2020 !



Début janvier au milieu des manifestations chiliennes, le peuple blessé, les gens en souffrance pleins de dignité, de force et de volonté, nous continuons à créer, à chercher, à douter. la planète déchirée par les luttes sociales, le manque de respect envers le monde animal, le pouvoir des riches : ceux qui cherchent coûte que coûte à écraser les autres. On continue à créer.


 

Nous commencerons l'année par la présentation de Icare remonté pour un jeune danseur chilien, Cristian Hewitt. (voir détails en fin de texte)Une recherche d'élévation vers d'hypothétiques horizons harmonieux, mais on s'y brûlera les ailes : en parlant de jeunesse sacrifiée, le 10 janvier 2020, nous ferons une recherche pour un impromptu filmé dans le stade Victor Jara, en vue d'une création en janvier 2021, qui investira un grand nombre de danseurs et de danseuses, RUPTURA.

Au Chili toujours, mais à Temuco, terre symbolique des indiens Mapuches où les heurts sont cruels, nous irons avec les danseurs et les danseuses du sud du Chili tenter de remonter Folie, l'œuvre qui ne vieillit pas, qui parle des erreurs humaines que l'on refait en boucle sans sagesse.


                                        Icare © Laurent Philippe         Estadio Victor Jara - Santiago                                         Temuco


Puis ce sera le retour en France où, avec nos compagnons de route, Elisabetta Gareri, Anne Minetti, Estelle Carleton, Mathilde Rader, Julien Grosvalet et Muriel Larose nous nous engagerons vers de possibles artistiques avec des enfants de Châlus en une recherche ludique autour de Prévert,avec les enfants de Magnac-Laval où un "enfant de bois" cherchera à s'enfuir et avec les jeunes de l'association Un Copain  comme les autres, de la Chapelle sur Erdre, avec lesquels nous partirons construire un grand cirque. A Limoges, des jeunes ados du lycée Valadon reprendront un extrait de Further-l'Ailleurs. Des rêves de créations pour une nouvelle génération qui devra changer le monde et ses pensées néo-libérales terrifiantes.

      
                               © Jean-Jacques Brumachon

ci-dessus : respectivement  Les Poissons volants, l'Enfant de Bois et Tchahut Chaos


Janvier, février, mars, Icare part sur les routes de France avec de belles nostalgies, et une pensée pour Francesca à Marseille.

Fin janvier, en Suisse nous engageront un travail avec de jeunes danseurs et danseuses fougueux-ses à la recherche d'utopies florissantes. Sur le chemin nous croiseront des groupes de gens à Élancourt et Lussac les Châteaux et construirons des rêves, des échappées belles, toujours en prenant nos racines dans les luttes populaires et engagées. Engagés nous le sommes depuis toujours luttant poétiquement pour une société meilleure. Naïfs parfois utopiques toujours.
En passant par Lyon nous partagerons un temps avec les beaux danseurs du CNSMDL. J'entends par là de belles personnes animées par le geste et la danse, guidées par Fabienne Donnio, généreuse et énergique.

                         
Fabienne Donnio, Benjamin Lamarche au CNSMD de lyon - photo B.Lamarche                                                                                                 

Mi-février à Paris, nous débuterons avec ACTS une création pour huit jeunes femmes autour des cauchemars, des peurs et des angoisses qui peuplent les nuits de nos sociétés contemporaines.

         

                                                                                                           © Jean-Jacques Brumachon

Début mars, Texane comme le phénix, renaitra de ses cendres, Texane, toujours et encore, cette pièce qui nous a propulsé au-devant de la scène chorégraphique en 1988, pour le meilleur et pour le pire. Un mariage avec la danse contemporaine : inconscients nous étions si nous avions su alors que notre danse allait développer autant de controverse, aurions-nous continué ?

Bref : nous continuons, suspendus au pont des songes et de la beauté des danses.

Les quatre femmes dansantes et les quatre hommes chantants dans Anachronos, danseront à Gradignan cette pièce sublimée d'une autre époque aux timings hiératiques et rebelles. Femmes sorcières marginales, massacrées, encore et toujours par le pouvoir en place. Moyen-Âge sombre et terrible, toujours les Hommes !

                                 
                     Texane © Jean-Jacques Brumachon                  Anachronos  © Laurent Philippe


Puis le 26 mars nous entamerons une recherche autour du corps des danseurs vieillissants et passionnés ou comment le geste, comment le corps reste alerte, sauvage et animé de désir dans des sociétés tout en mouvement, en mutation, écrasées par les modes, chahutées par des pensées, des dogmes écrasants, des inventions massacrantes et des grosses conneries aussi. Comment le corps réagit là-dedans, dans cette marmite sociétale en ébullition. Petit à petit les pauvres s'appauvrissent, les haines deviennent énormes, tout se déséquilibre. les jeunes gens se rebellent avec raison. Ils ont raison de dire non à des valeurs qui ne correspondent à rien. Nous créerons donc  Bellisima vida con tristeza y felicidad  pour dire bonjour à la scène et continuer résistants dans la jungle capitaliste et ultra-consumériste. le pouvoir des peuples et le besoin des peuples à rêver est toujours présent, notre machine est une machine à fabriquer des rêves, elle tourne à plein régime pour le bonheur des publics.



Citoyens de la planète nous nous engageons à croire qu'un monde meilleur est possible et que le corps est un vecteur de Liberté.

-----  -----   -----  -----  -----   ----- ------  -----   ----- -----  -----   ----- -----  ---- -----  ----- ---- ----
 

Posté par Blamarche à 21:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]


10 novembre 2017

Création-La Forêt traversée

La prochaine création de Claude Brumachon aura lieu tout prochainement

à la FERME DE VILLEFAVARD -87-
le 19 novembre à 16h
- tout public
et le 20 novembre à 10h et 14h30  -
scolaire jeune public

Donner à voir une époque qui ne soit ni aujourd'hui, ni hier, ni même demain. Une époque qui se tisse comme l’étoffe d’un temps passé et présent et se mêle à la route. Une invitation au voyage au son du violon qui lui aussi porte l’histoire. Un trio à la musicalité chorégraphique, une danse musicale qui évoque l’immense forêt de nos mémoires mêlée à celle de nos imaginaires : la forêt de nos rêves et celles des légendes. Il s’y superpose celle des mythes et de l’histoire, les bois sacrés et les grandes forêts qui s’allient pour n’en faire qu’une.

Grands domaines mystérieux ou l’aventure se cache derrière la majesté des troncs. Espace sans fin, ouvert sur le ciel au dessus du feuillage. Partout l’air, le vent. Tant de souffles de vie fourmillent sous ce toit de feuilles. Les brins d’herbe s’affolent, les branches frissonnent, la crête des vagues écume. D’une année sur l’autre rien ne change, et tout est différent. C’est la forêt. Ils s’y dissimulent, ils camouflent leurs craintes en une fuite furtive et joyeuse. On épie, on furète dans les buissons. L’odeur dit tout, les épines côtoient les fleurs. C’est le monde sauvage, celui qui fascine. Si tout nous était accessible qui trouverait cela magnifique ?

Bosquets, taillis, fourrés épineux, sol jonché des feuilles mortes qui crissent sous le pied. Branchage qui griffent et qui occultent .On s’y perd par plaisir et par nécessité. Labyrinthe dans lequel le temps suspend son cours dans le cours d’un ruisseau.

Monde immense et terrifiant, univers captivant et rassurant. On l’habite. On la vit. On la dévore et on l’exploite. On la broie et la brûle. Animaux et humains se côtoient et se mesurent. Chasseurs et sorcières, gibiers et compagnons, les amours s’y refugient, y éclosent et y meurt comme les fleurs des grands arbres et des anémones.

« J’entends un violon. Je vois le violoniste. J’aime la musique qui émane de son instrument, grandes harmonies étirées ; la corde qui sous l’archet tremble, la main qui dirige les notes suspendues et acérées, plaintives et joyeuses. Cette tristesse tzigane qu’il évoque ».

Il y a toujours un violon au coin d’une rue. Vagabond routard qui s’aventure dans la solitude des intervilles. 

affiche Foret traversée                             ©JMfrance-Julia Wauters

_MAT7089ref                           ©Mathieu Roth-le Gentil

_MAT7104                           ©Mathieu Roth-le Gentil

 

Posté par Blamarche à 15:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 octobre 2017

Le handicap n'entrave pas la danse

Prochainement à Nantes à l'occasion du colloque Arts-Soins et Citoyenneté

Claude guidera un évènement avec quatre japonais atteint du syndrome de Down. au palais de COngrès, un moment fort qui fait suite ç un séjour au japon en novembre dernier.

Konan-dance

Le 20 octobre à la Chapelle sur Erdre reprise de la Croisée des routes avec les jeunes de l'association Un copain comme les autres.

Capture d’écran 2017-10-07 à 11

Posté par Blamarche à 11:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 juin 2017

Folie Madagascar-Presse

IFM-juin17-DR-4

IFM-juin17-DR-5

IFM-juin17-DR-13Quelques images de répétition faites par Denis Rion

19243070_10155460581889173_9122412997202549526_o

19243274_10155460580374173_4303872316510420485_o

19250596_10155460580649173_2832988735660378593_o

19388719_10155460581089173_9058230068765896492_o

19390626_10155460580734173_4366249361636132895_oet quelques photos de la représentation faites par le même Denis RIon.

 

Danse - "Folie", un spectacle époustouflant !

La pièce emblématique du répertoire de Claude Brumachon, incarnée cette fois-ci par des danseurs malgaches, a été saisissante. Une belle " folie " de grandeur. ! Une petite lumière s'allume au coin, en bas de la scène, et laisse voir une armée de silhouettes orientées vers elle.


deux semaines à l'intensité Folie.

 

Posté par Blamarche à 10:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juin 2017

Folie à Tananarive


en parallèle au travail de remontage de Folie avec 17 danseurs et danseuses de Madagascar, Denis Rion guide quatre stagiaires photographes. ci-dessous quelques photos de Denis.

 

 

 

IFM-juin17-DR-4

IFM-juin17-DR-9

IFM-juin17-DR-11

IFM-juin17-DR-13

 

ainsi que le mini trailer de Thüryn Mitchell

https://www.youtube.com/watch?v=aw-5pA61ThA&feature=youtu.be

 

 

Posté par Blamarche à 19:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 mars 2017

La Terrasse D'Indicibles Violences

Un article élogieux et juste. la puissance des mots s'allient à la poésie.

 

La Terrasse, Agnès Izrine.

 

Posté par Blamarche à 10:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 janvier 2017

Ecrire c'est à dire ??

 

 

Parfois des bouffées d’écriture me remontent à la tête, des idées, des sensations, phrases et discours s’achèvent et se forment. Borborygmes pleins de sens que je sens frémir, qui s’imposent et demandent à sortir. Mais je les efface. Tête que te transformes-tu en cellule ?

Je les tais. Je les terre en un silence craintif. Je les garde comme pour les mûrir pour plus tard. L’accouchement est intense, douleur nécessaire m’a-t-on dit. Le temps les enterre, les écrase et les meurt. L’écrit s’éteint. Noir silence sur blanc papier. Tête que te transformes-tu en cellule ?

Parfois des élans frénétiques de crier me viennent à la bouche et je les efface. Je les efface dans un haut-le-cœur de pudeur. Timidité. Peur panique de montrer le hurlement qui couve. Il reste en moi, il bouillonne, me violente, tambourine contre les parois internes. Larynx que te transformes-tu en prison ?

Parfois des envies délirantes de danser m’envahissent. Les trépidations cinglantes d’une musique muette possèdent mes muscles et la toile tendue de l’épiderme. Les pulsations me cognent et m’insurgent. Dans l’apparence de l’extérieur ; je dors. Dans l’invisible de l’intérieur ; je fulmine, je suis lave incandescente. Corps que te transformes-tu en cachot ?

Parfois l’envie de danser la vie, de danser la vérité du monde, de danser l’humanité multiple et innombrable m’accapare. Je ne suis plus que ce frisson, je ne suis plus que parole de geste, je ne suis que silence du mouvement et démence.

Alors quand l’envie de danser le chant, d’écrire la danse, de chanter les corps m’étreint et s’allume, je la laisse immoler mon présent et je brûle dans la danse tourmente et passion qui s’expulse ici. Là. Tout brûle et crame, tout s’allume et s’incendie. Tout m’obsède et me viole, je ne suis plus qu’une proie dans les serres d’un aigle divin.

Je ne suis plus que danse.

 

Eclats d'Absinthe - copie

 

Bohème H

Posté par Blamarche à 14:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 août 2016

transmission Folie amateur Limousin : RAPPEL ça approche

Téléchargez le documents et le bulletin d'inscritpion :  Folie_amateur_Limousin

 

folie-lesballes

SEPTEMBRE / OCTOBRE / NOVEMBRE 2016

.                                                                                                                                                       .

« Folie »


Transmission d’une pièce majeure du répertoire pour un groupe de danseurs amateurs

par Claude Brumachon et Benjamin Lamarche.

Ateliers AUDITION au CCM Jean Moulin à Limoges


Sam 17/09/16 14h-18h // Dim 18/09/16 11h-16h

RÉPÉTITIONS

Les 8, 9 oct / 20, 21, 22 et 23 oct / 30, 31 oct, 1er, 2, 3 et 4 nov / 10 et 11 nov

REPRESENTATIONS

le 5 novembre à Limoges et le 12 novembre à Saint Junien

Informations : 05 55 45 94 00 – CCM_ACCUEIL@ville-limoges.fr

 

La participation à ce projet est entièrement gratuite

CCM Jean Gagnant – 7, avenue Jean Gagnant 87000 LIMOGES

Claude Brumachon et Benjamin Lamarche transmettrons l’emblématique Folie à un groupe de danseurs amateurs.
Ce projet s’adresse à des danseurs-danseuses amateurs.
Néanmoins, la danse de Claude Brumachon et Benjamin Lamarche —et notamment Folie— s’adresse à tous ceux qui cherchent, à travers le corps, à comprendre notre humanité profonde. Ce que le groupe humain, social, invite à danser et à partager dans la création d’une chorégraphie.

C’est pourquoi, les personnes qui ont une habitude de travail physique, tous ceux pour qui le corps est source de mouvement sont à même d’être intéressés par cette transmission.
Folie créée en 1989 lors d’une résidence à Aubusson a été représentée à Limoges le 17 juin de la même année. Puis de nouveau en Janvier 2000 et janvier 2008.

Pièce majeure du répertoire de Claude Brumachon elle n’a cessé d’être représentée en France et à l’étranger. Reconnue comme ballet de référence et chef d’œuvre chorégraphique du XXème siècle, Folie traverse le temps et les corps.

La disponibilité à toutes les séances de travail suivantes ainsi qu’aux deux représentations est nécessaire.

REPETITIONS

Samedi 8 octobre de 14h à 18h et dimanche 9 octobre de 11h à 16h – LIMOGES, centre culturel Jean Moulin

Jeudi 20, vendredi 21, samedi 22 et dimanche 23 octobre (vacances Toussaint) de 18h à 21h - SAINT-JUNIEN, La Mégisserie

Dimanche 30, lundi 31 Octobre et mardi 1er novembre de 14h à 18h ainsi que mercredi 2, jeudi 3 et vendredi 4 novembre en soirée - LIMOGES, centre culturel Jean Moulin

Jeudi 10 et vendredi 11 novembre en soirée - SAINT-JUNIEN, La Mégisserie

REPRÉSENTATIONS


LIMOGES, CCM Jean Moulin / samedi 5 novembre 2016, 20h

SAINT JUNIEN, La Mégisserie / samedi 12 novembre 2016, 19h

 

 

BULLETIN D’INSCRIPTION

La participation au projet est entièrement gratuite. La présence à la totalité des séances de répétition est nécessaire.

  1. Renseignements préalables :


CCM Jean Gagnant – 05 55 45 94 00 –


CCM_ACCUEIL@ville-limoges.fr


La Mégisserie : Mariella Grillo – 05 55 02 65 73 —secretariat.general.vienneglane@orange.fr

2. Envoyez votre bulletin d’inscription à :

robert_seguin@ville-limoges.fr

Robert Seguin – CCM Jean Gagnant
7, avenue Jean Gagnant – 87000 LIMOGES

3. Adresses des lieux de travail
Centre culturel Jean Moulin, 76, avenue des Sagnes – 87280 LIMOGES – 05 55 35 04 10 La Mégisserie, 14 avenue Léontine Vignerie – 87200 SAINT-JUNIEN – 05 55 02 87 98

NOM-
PRENOM
-ADRESS E
T TELEPHONE
-MAIL


EXPERIENCE EN DANSE

informations 05 55 45 94 00


Centres culturels de la ville de Limoges – 7, avenue Jean Gagnant – 87000 LIMOGES CCM_ACCUEIL@ville-limoges.fr

 

      

 

Posté par Blamarche à 08:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 juillet 2016

un hommage à Saint Etienne du Rouvray

Claude y est né. comme tous les enfants qui deviennent adolescents et arpentent les blocs de maisons et d'immeubles St Etienne reste pour lui le lien familial. que dire après un tel drame qui ne soit redite ou apitoiement.

Claude a préférer écrire une courte lettre au maire de Saint Etienne afin de partager une infime partie de cette soufrance et lui témoigner son soutien.

je vous lal livre ici :

Lettre ouverte à Hubert Wulfranc. Maire de St Étienne

Monsieur le Maire
Saint Étienne du Rouvray : Mon enfance, mon adolescence, ses rues arpentées sur mon vélosolex. Mon cœur vibre à l'unisson pour cette petite ville ouvrière, rouge, résistante. Pour mes parents qui y vivent, mes ami-e-s de collège et d'école et mes voisins je pense à eux avec beaucoup d'amour et de force.
Pour le coup je suis de St Étienne de Rouvray.
Mon esprit romantique et passionné y traîne encore. Ma danse y est née. Une pensée particulière pour tous les stéphanais et pour vous Mr le maire et ce travail quotidien que vous réalisez sur le terrain.
Je suis particulièrement touché ému et choqué mais continue à croire en l'être humain
Avec mon amour pour tous et toutes,


Claude Brumachon

 

Posté par Blamarche à 17:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juin 2016

transmission Folie amateur Limousin

Transmission de Folie pour un groupe de danseurs amateurs à Limoges et Saint Junien

Folie_Amateur_Limousin__Bulletin_Inscription_2

 

Folie N_B LP008photo Laurent Phiippe

 

 

Posté par Blamarche à 14:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]